Planter des fruitiers : La diversité pour l'avenir

Une diversité d'espèces et variétés est conseillé pour favoriser celles qui s'adapteront le mieux au changement climatique et pour limiter l'apparition et la propagation des maladies ou d'insectes ravageurs.

Les arbres ont d'autres effets bénéfiques sur le microclimat, l'apport d'ombre, l'apport de matière organique au sol (paillage), le développement mycélien bénéfique au fonctionnement du sol et à la végétation proche, la réduction de l'évapotranspiration et contre l'érosion du sol...

Plantations

L'économie

 

Cela peut compléter les revenus d'agriculteurs, ou soutenir une économie sociale et solidaire. Un agriculteur peut planter des fruitiers comme une simple haie, ou comme complément de revenu.

Il existe en Corse plusieurs vergers conservatoires en projet, ce qui permettra de maintenir et développer des variétés ancestrales ou plus exotiques puis de les développer.

L'arbre en ville - quelle rôle des communes ?

 

Plusieurs villes ont déjà compris l'intérêt de favoriser la plantation d'arbres.

La ville de Paris a créé le dispositif "un arbre dans mon jardin" : des arbres sont offerts aux propriétaires ou copropriétaires qui le souhaitent (essences présélectionnées : érable champêtre, sorbier, poirier à fleur, pommier à feuilles d'érable, orme). Des plantations de vergers ont aussi eu lieu dans les écoles.

D'autres villes proposent aussi d'offrir des arbres à leurs administrés, avec de nombreux arguments : pédagogie, cadre de vie, autonomie alimentaire, espèces mellifères, cadeau symbolique pour les habitants ayant eu un enfant ou ayant eu un permis de construire dans l’année, compensation d'arbres ayant subi des dommages (coupes, insectes ou maladies), fixation de dioxyde de carbone (CO2)...

Quelle gestion ?

 

Les avis sont mitigés concernant la taille des fruitiers, certains privilégient uniquement des coupes de sécurité par rapport aux habitations et voies d'accès.

Comment planter un arbre ?

Il s'agira de favoriser les arbres cultivés dans les pépinières en Corse et les variétés anciennes Corses.

D'autres méthodes permettent de greffer ou bouturer les arbres soi-même, l'aubépine et le prunellier par exemples étant de très bon porte-greffes.

Enfin, il suffit de noyaux pour faire pousser un arbre, cela suggère de se souvenir des secteurs où ces noyaux ont été enterrés. Ces arbres feront leurs racines tranquillement et n'auront pas besoin d'être arrosés. Dans une haie de ronces, l'arbre sera même protégé vis-à-vis des animaux. Concernant les pépins, selon la qualité génétique, l'arbre ne sera pas forcément producteur de bons fruits.

Donc gardez et plantez les noyaux de plus beaux fruits que vous avez mangés !

Quelques références :

http://www.fruitsinvasion.com/

http://vergersurbains.org/

https://www.paris.fr/actualites/la-mairie-de-paris-vous-offre-des-arbres-4102

Préservation 

Il s'agira de préserver les vergers existants autour des village, au moins sous forme de chantiers bénévoles.

 

Des vergers conservatoires peuvent permettre de sauvegarder des variétés anciennes ou en tester de nouvelles.

Le jardin fruitier d'Avapessa est un bon exemple de verger diversifié avec des espèces et des variétés locales comme des espèces exotiques dont certaines qui pourraient être intéressantes à développer dans un contexte de changement climatique.

L'association "un pas en arrière, deux pas en avant" travaille sur un verger conservatoire des pommiers.

Prochainement, un autre Ecosite "les jardins d'Anghione" sera visitable.

Quelques références :

http://www.jardinfruitieravapessa.fr/

http://biodiversita.corsica/page.html